Informations de base sur la géoréférence du CECB

La connexion du monde réel avec une base de données semble simple à première vue, mais cela est très exigeant techniquement. Dans le cas du CECB, une référence indirecte via le Registre des bâtiments et des logements (RegBL), géré par l'Office fédéral de la statistique (OFS), a été choisie. Cela permet de s'assurer que le bâtiment restera lié de manière permanente à son numéro principal de CECB, même lorsque le nom de rue change ou que des communes fusionnent. Le RegBL a été mis en place pour le recensement de la population de l’année 2000. Dans la première phase, tous les bâtiments résidentiels et les bâtiments à usage résidentiel ont été enregistrés. Ce n'est que récemment que la Confédération et les cantons ont décidé qu'à l'avenir tous les bâtiments devraient être enregistrés, indépendamment de leur utilisation.

Les bâtiments sont référencés de manière précise à l'aide de l'identificateur fédéral de bâtiment (EGID) en conjonction avec l'identificateur fédéral d'entrée de bâtiment (EDID).

Selon l'OFS, environ 85% des bâtiments ayant une entrée (EDID = 0) ont été enregistrés. Les bâtiments avec plusieurs entrées (EDID = 0, 1, 2, etc.) vont suivre. L'expérience a montré que les bâtiments n'étaient pas enregistrés de manière uniforme. Par exemple, les maisons individuelles mitoyennes ont parfois des EGID différents et d’autres fois un EGID commun avec des EDID différents. Les bâtiments sont enregistrés par les autorités locales chargées de la construction, au plus tard lors de l’octroi du permis de construire dans le cas de nouveaux bâtiments. Si un bâtiment n'a pas été enregistré dans le RegBL, vous pouvez contacter la commune concernée. Dans de nombreux cas, l'EDID n'est pas mentionné. Si vous connaissez l'EGID, vous aurez accès aux détails tels que les adresses et les entrées (EDID) à l’aide du lien suivant : https://www.housing-stat.ch/fr/madd/public.html.

Lors de la création d'un CECB, l'outil se réfère au moins deux fois au RegBL. Premièrement lors de la saisie de l'adresse, de la commune et de l'EGID/EDID et ensuite directement lors de la publication. Si le service web RegBL n'est pas disponible, cela sera indiqué dans l'outil CECB en ligne. Les travaux de maintenance sur le serveur RegBL ne sont pas annoncés par le BFS, mais ils sont toutefois réalisés dans un horaire limité au mardi et au mercredi de 17 à 19 heures. Dans les prochains mois, l'OFS renouvellera le service en ligne RegBL. Les ajustements correspondants dans l'outil CECB sont en cours de planification.

Le statut d'un bâtiment est également enregistré dans le RegBL. Le CECB peut être publié si le statut « existant » est activé. L'EGID est à usage unique, c'est-à-dire que lorsqu'un bâtiment est démoli, il reste stocké dans la base de données RegBL et le statut du bâtiment est défini comme « démoli ». Dans le cas d'un remplacement de bâtiment, le bâtiment nouvellement construit reçoit un nouvel EGID, même si le nouveau bâtiment a la même adresse que le bâtiment démoli. Par conséquent, un nouveau numéro principal de CECB est toujours attribué pour un nouveau bâtiment de remplacement.

Grâce à la connexion avec la RegBL, la mise à jour d'un CECB ne pose aucun problème, même après un changement de nom de rue ou de numéro de maison. Dans le cas d'une mise à jour sans EGID/EDID stocké, contactez le helpdesk du CECB. Les administrateurs peuvent relier les ensembles de données manuellement. Malheureusement, les fusions de communes ont actuellement encore un effet de blocage si la commune nouvellement créée reçoit un nouveau nom. Pour le moment, ce problème ne peut être résolu qu’avec une nouvelle version de l'outil CECB. Ces cas ne sont pas très fréquents et, ne concernent que les petites communes rurales. Des clarifications visant à améliorer cette situation ont déjà été engagées.

Vous trouverez de plus amples informations sur EGID/EDID dans les contenus de la foire aux questions (FAQ) du helpdesk CECB.